Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le 27 décembre 2007

J'étais aux obsèques de Julien Gracq,  je regarde  un peu  ce qui s'est écrit  à ce sujet. Dominique Autié a eu raison : ce que j'ai lu était uniformément mauvais. Lui-même est parti peu après. Surréalistes et catholiques  se disputaient l'héritage.  A ce jeu  les seconds ont gagné, évidemment. Je connaissais  deux survivants du premier groupe, l'un est un con, l'autre un vrai, mais gauchiste impénitent.  Reste  à lire Gracq. De ce point de vue le Pleiade a des mérites (pardon Corti !), il me permettra  de  recopier ici quelques citations. Les glapisseurs de Dieu n'auront pas le dernier mot.

Commentaires

  • Vas-y flivo ! Lâches-toi !

  • Pour l'heure, je laisserai parler Julien Gracq, mais si la "Maison Gracq" pouvait libérer ce grand écrivain qui est depuis dix ans prisonnier, je crois que je participerais à la réunion de la rançon... (je vais voir ce que va faire le nouveau directeur... et j'ai une autre idée -improbable, mais bon.)

Écrire un commentaire

Optionnel